Le divan

Le divan

Une nouvelle création de la troupe Artmonie.

Une comédie en deux actes de Thierry Bernier, avec:

Jacques Roche – Bastien Grandjean – Docteur en psychanalyse
Aude Javelle – Nassima Van Lommel-Sor – Obsédée par la propreté
L’abbé de Somme – Frans Lelièvre
Thérèse Hatable – Anne Couvreur – Superstitieuse compulsive
Gene Cépa – Aurélie Bernier – Chanteuse de cabaret
Claire Hénette – Andrée Bernier – La secrétaire dévouée de Roche
Hortense Faon de Lapaterie – Patricia Quevrin – Épouse du Pr Alonzo Faon de Lapaterie
Éva Luant – Sylviane Quevrain – Obsession de la symétrie
Alonzo Faon de Lapaterie – Marcel Pesesse – Professeur, chef de clinique
Comte Esquon-d’Hyne – Quentin Dubasin – Affamé compulsif

Mise en scène de Thierry Bernier

Son et Lumières de Pierre Verhaeghe
Décors de Mario Macor et Jean-Louis Lelièvre 

L’histoire

Nous sommes en 1901. Jacques Roche est psychanalyste. Il professe dans la clinique dirigée par le Pr Alonzo Faon de Lapaterie. Sa spécialité est de traiter les troubles obsessionnels. Roche est disciple des nouvelles théories de Sigmund Freud et penche pour les thèses psychanalytiques du maître. Faon de Lapaterie, son patron, utilise, quant à lui, des méthodes plus « classiques » de soin aux aliénés.

Le Pr Faon de Lapaterie vit aisément des rentrées financières de sa clinique et aussi de la fortune de sa femme. Il s’éprend d’une jeune chanteuse de cabaret qu’il veut accueillir de manière discrète dans son établissement hospitalier.

Sur le point d’accéder au professorat, Jacques Roche décide de rédiger une thèse dans le domaine psychanalytique qui l’occupe et le passionne. Sa clientèle est en effet composée de névrosés qui répètent inlassablement les mêmes gestes obsessionnels. Son patron lui suggère d’accueillir la jeune dame dont il s’est épris dans son groupe de recherches. Il s’agit de l’héberger discrètement, à proximité d’Alonzo Faon de la Paterie et à l’insu de son épouse.

Roche est tourmenté par cette demande impromptue. Mais il rêve d’accéder au professorat qui lui permettrait de succéder à son patron, à la tête de l’hôpital. Il n’a d’autre choix que d’accepter.

Pour corser la situation, Hortense Faon de Lapaterie vient aussi solliciter le docteur Roche pour qu’il accepte d’héberger un de ses amis, à l’insu de son mari.

Et Roche, à nouveau, est contraint d’accepter…

Nos réalisations

Depuis 2004, Artmonie crée et produit une pièce de théâtre par an !

Toutes sont écrites par Thierry Bernier.
Après plusieurs décennies d'absence, Artmonie a en effet redonné vie à l'expression théâtrale à Crupet. Avant une interruption 
de quelque 40 années, la dernière pièce jouée à Crupet fut la pièce en wallon "Li p'tit mitan", interprétée en 1968 ! 
Pour l'anecdote, ce fut la seule pièce crupétoise où des jeunes filles, dont Andrée Bernier, déjà, aient été autorisées, par la cure..., 
à prendre part en même temps que des hommes !
En guise de renaissance, une pièce en un acte de Courteline, “L’Article 330”, fut interprétée à l’ancienne école de Crupet a
u début de l'année 2005. 
En février 2006, la première création, “Sur la ligne”*, une comédie sur la Résistance, a véritablement consacré 
le renouveau du théâtre crupétois. 
S’en sont suivies en 2007 “Le château sans maîtres”*, une comédie policière et, en 2008, “La Colline”*, 
une pièce au style provençal et quelque peu surnaturel. Ces trois créations ont été interprétées 
par des acteurs amateurs, de Crupet pour la plupart.
Pour ces deux dernières pièces, la troupe s’est enfin produite dans la salle Ste Famille, la salle paroissiale, lieu traditionnel 
de l’expression scénique à Crupet. Un retour aux sources, en quelque sorte. 
Début 2009, Artmonie nous a fait découvrir les “Petits bonheurs aux Pénates“*. Une histoire saugrenue, simple et généreuse, 
à l’image des gens du quartier sensible des Pénates, où chacun trouvait son petit bonheur ou le distribuait…
Et puis en 2010, Artmonie vous relatait l' "Histoire de cures"...., inspirée de l'affaire de Rennes-le-Château.
En 2011, nous vous invitions aux "Pommiers fleuris" et en 2012, place aux Zincompris !
En 2013, Artmonie fait "Le coup de feu !" et en 2014, nouvelle pièce "Une paire de…"
En 2015, reprise d' "Histoire de cures" revue pour l'occasion.
En 2016, nouvelle création "C'est pas vrai", une comédie sur le mensonge.
2017, création de "Les numéros", un quiproquo entre voisins.

À suivre…